Contrat de capitalisation

Nos conseils

1°) Privilégier l’avance au rachat partiel en cas de besoin temporaire d’argent :

En cas de besoin temporaire d’argent, mieux vaut opter pour l’avance plutôt que pour le rachat partiel.

L’avance dans le cadre du contrat de capitalisation est un prêt. Elle permet au souscripteur de solliciter auprès de l’assureur le versement partiel des sommes placées sur son contrat.

Sur le plan fiscal, l’avance, contrairement au rachat, n’est pas taxée (ni impôt, si prélèvements sociaux) et ce, même si elle a été consentie durant les 8 premières années d’existence du contrat de capitalisation.

Le souscripteur s’engage simplement, en contrepartie, à verser à l’assureur des intérêts à un taux donné sur la somme qui lui a été avancée. Les produits capitalisés continuent à courir sur les sommes versées par le souscripteur. En conséquence l’avance ne peut jamais venir en réduction de la provision mathématique.

L’avance peut être librement remboursable, sans échéancier précis mais le remboursement doit s’effectuer  dans les 3 années suivant  celle-ci.

2°) Après 70 ans, il est souvent préférable d’opter pour la souscription d’un contrat de capitalisation, plutôt que pour le contrat d’assurance vie :

Finance

ACTEA CONSULTING
35 rue Pastorelli - Nice
T. +33(0)4 93 76 93 71
[email protected]